Les Épaves de Bordeaux

the wrecks of the port of Bordeaux

épave photo gautier

Les avez vous déjà repérées ??

 

Elles sont nichées au cœur du croissant de Lune, montrent le haut de leur cabine, un bout de manivelle, de treuil, un reste de barre. On ne les croise qu’à marée basse, enlisées dans la boue ou plutôt dans la vase. La Garonne les bichonne, les noie puis les découvre. A la faveur d’une étale, elles se sentent flotter, apogée minutée où elles revivent leur match. De navires de guerre. 

Elles sont les épaves de la rive droite, la bouée 76 leur fait honneur, invitant leur contemporain de plaisance  à contourner leur havre, leur quiétude.  Elles se rappellent avoir coulé lors d’une guerre mondiale. Les promeneurs des quais les remarquent à peine. Fières, de métal et de dures mémoires, à jamais posées dans le contre-courant d’un estuaire qui n’en finit pas de les caresser.

 

Ces vestiges vivant de la seconde guerre mondiale nous rappellent, comme la base sous-marine, combien la guerre a marqué Bordeaux. Il est impressionnant de croiser ces épaves à bord d’un canoë-kayak, et de slalomer autour d’elles.  Lors d’une Descente de Bègles à Bordeaux en  Canoë-kayak, vous les croiserez peut-être..

Texte : Boris,  Bordeaux Canoë

Photo : G. Rotman

 


«

Comments

  1. Je vous invite à creuser un peu : je crois savoir – de souvenirs incertains – que ces épaves sont les traces d’une mission suicide de sabotage. Des forcenés parachutés de Londres auraient remonter le fleuve EN CANOËS – gonflables je crois?- pour couler ces navires ennemis. Dans mon souvenir un seul aurait atteint l’objectif mais néanmoins rempli la mission. A verifier donc…

    • boris
      juin 14th

      tout à fait mathieu . Cette opération s’appelle l’opération Frankton. 2 kayaks ont réussi a entrer dans Bordeaux mais seulement un à survécu à l’opération en réussissant à rentrer en Angleterre.
      Si il est possible que l’une de ces épaves soit un reste de cette opération, il est certain que toutes n’y sont pas directement liées puisque les allemands eux-mêmes ont pris soin de couler leurs embarcations avant de quitter la ville en 1944.
      Bientôt un article sur cette opération sur http://www.bordeauxcanoe.com
      merci !

Répondre à Matthieu Demptos Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *